14/01/2021

Entretien avec Karl Ammann & Laurin Merz de Tiger Mafia

Lors de sa présentation au Pitch Wildlife de Sunny Side of the Doc Edition Connectée (juin 2020), le projet « The Tiger Mafia » a emporté l’adhésion des décideurs présents… et remporté le Best Wildlife Pitch par la même occasion. Ce long métrage documentaire, porté par Karl Ammann depuis 9 ans et produit par Laurin Merz (HOOK Film & Kultur Produktion GmbH) a, depuis, trouvé un distributeur… et une diffusion prochaine sur l’une des plus importantes plateformes de streaming en VOD.

« The Tiger Mafia » met le trafic au grand jour 

Lors de sa présentation au Pitch Wildlife de Sunny Side of the Doc Edition Connectée (juin 2020), le projet « The Tiger Mafia » a emporté l’adhésion des décideurs présents… et remporté le Best Wildlife Pitch par la même occasion. Ce long métrage documentaire, porté par Karl Ammann depuis 9 ans et produit par Laurin Merz (HOOK Film & Kultur Produktion GmbH) a, depuis, trouvé un distributeur… et une diffusion prochaine sur l’une des plus importantes plateformes de streaming en VOD.

Retour sur un sujet fort, à l’impact indéniable avec les deux réalisateurs et producteurs.

L’engagement de Karl Ammann pour mettre en lumière le trafic d’espèces sauvages, le braconnage et d’autres formes d’exploitation brutales des espèces les plus emblématiques de la planète est bien connu. Loin des paillettes… et des formalités administratives, le photographe et réalisateur secoue l’immobilisme des gouvernements et organismes supranationaux.

De son côté, Laurin Merz a créé il y a 15 ans HOOK Film en Suisse avec plus de 25 documentaires, une centaine d’émissions et reportages à son actif, tous conçus dans une optique d’investigation.

Leur rencontre sur « Tiger Mafia » est née d’une heureuse coïncidence. 

Comment avez-vous rencontré Karl Ammann et comment le projet « The Tiger Mafia » s’est-il imposé à vous ?

  
Karl Ammann (left) and Laurin Merz (right) in Laos. 
Laurin Merz : Tout est parti d’une coïncidence : Karl cherchait une société de production en Suisse car il avait déjà une sorte de premier montage du film. Mais il avait besoin de plus de contributions et de soutien. Il a ensuite approché Christian Frei, un cinéaste bien connu de Suisse et Christian a confirmé que je pouvais être celui qui aiderait Karl à faire un film à partir de ces tonnes de séquences. Après quelques tournages supplémentaires au Kenya, à Zurich et en Asie du Sud-Est, nous avons pu monter le film que nous avons actuellement.

Ce projet m’a réellement touché. On peut même dire qu’il a eu un impact sur mon travail et à titre personnel. Étant réalisateur, il m’a semblé naturel de collaborer sur ce projet.  

 

Pouvez-vous nous parler de « Tiger Mafia » ?  

 
Karl Ammann : Le film est une enquête sur le trafic illégal des tigres dans des fermes secrètes en Asie du Sud-Est. Ce travail d’investigation met en lumière, dans des régions du Myanmar, Laos, and Vietnam, contrôlées par des seigneurs de guerre et les triades, l’élevage de tigres qui sont ensuite abattus et dont des parties du corps sont récoltées, puis échangées pour la vente dans les industries pharmaceutiques et joaillières souterraines de Chine.    

Ce documentaire est le fruit d’un long et dangereux travail d’enquête. Pourquoi avoir souhaité le présenter à Sunny Side of the Doc en 2020 ?

 
Laurin Merz : Sunny Side of the Doc est un marché international et nous espérions en le proposant qu’il susciterait l’intérêt qu’il mérite. Ce qui a été le cas puisqu’il a été sélectionné et, finalement, obtenu le prix du Best Wildlife Pitch !

Karl Ammann : Il est nécessaire, sur des thèmes aussi importants que celui-ci, que le documentaire ait une résonance forte. Je ne suis pas un réalisateur qui filme des bêtes sauvages sexy mais qui entend porter un éclairage, parfois crû, sur des sujets qui devraient toucher tout le monde, des gouvernements au simple citoyen, en espérant une réaction de leur part. Il est nécessaire de partager les responsabilités sur des sujets aussi brûlants.    

« Tiger Mafia » a obtenu le Best Wildlife Pitch, sponsorisé par Love Nature en juin 2020. Pouvez-vous nous préciser les conséquences d’un tel prix ?

 
Laurin Merz : Nous avons été contactés rapidement, même avant notre présentation au pitch par des chaînes de télévision et, surtout, des distributeurs – Allemands et asiatiques notamment – durant les 4 jours de Sunny Side of the Doc. Finalement, nous avons opté pour Médiawan comme distributeur ; leur réputation n’est plus à faire et c’est un distributeur qui est très attaché au marché de La Rochelle, avec un solide réseau international.

Le film aura droit à une première mondiale en mars 2021 dans un grand festival européen puis sera disponible sur l’une des plus importantes plateformes de streaming en VoD pour une distribution Europe, hors Royaume-Uni. Nous commençons en parallèle la vente de « The Tiger Mafia » sur d’autres territoires : Royaume-Uni donc, mais également Asie et Amérique Latine.

Karl Ammann : Durant Sunny Side of the Doc, on nous a dit « vous devriez pitcher dans la session Current Affairs, tellement le sujet est au-delà du Wildlife ». Il est vrai qu’on est très loin des belles images d’animaux sauvages mais, finalement, cela n’a pas changé grand-chose aux feedbacks positifs que nous avons eus. Et puis, le documentaire blue chip, ce n’est pas trop mon truc…

J’ajouterai que, outre le deal évoqué par Laurin, la ZDF a également montré son intérêt pour diffuser « The Tiger Mafia » sur son réseau.     




 

Quel a été le budget de production de « Tiger Mafia » ? Avez-vous eu des coproducteurs ?

 
Laurin Merz : Nous avons, Karl et moi, coproduit le film sans autre apport. Le budget est estimé à 600 000 € mais c’est difficile d’avancer un chiffre précis car Karl avait déjà travaillé longuement en amont de la production du documentaire. Nous avons obtenu un soutien de la part de l’Europe ainsi que de la part d’une ONG Tchèque Four Paws International.      

 

Quels sont vos prochains projets ?  

 
Karl Ammann : Je travaille sur un documentaire intitulé « Stealing Giants » autour du braconnage des éléphants dans les parcs et réserves naturels ainsi que de leur trafic en Asie où ils sont le fruit de transaction entre le Laos, la Thaïlande et la Chine pour être exportés chez ces derniers dans les parcs de safaris ou les zoos. Un trafic illégal bien évidemment… Mais la corruption et l’aveuglement des gouvernements permettent de poursuivre ce commerce.

Laurin Merz : HOOK Film accompagne le nouveau projet de Karl bien évidemment et nous sommes en développement de plusieurs projets sur des sujets plus orientés « Public Affairs », « Art et Littérature ». Comme réalisateur, je travaille sur un projet de série autour des pays disposant – officiellement ou pas – de la bombe atomique.       

Quels sont, selon vous, les clés du succès pour une audience et une visibilité fortes ?

 
Karl Ammann: Pour moi, ce sont à la fois la force du distributeur et la force d’une plateforme VOD qui font la différence.        

Coproduction  |  Wildlife  |  Interview  |  Success Story  |  Sunny side of the Doc 2020  |  Award  |  Sunny Side of the Doc Connected Edition

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

RECEVEZ TOUTES LES INFORMATIONS SUR SUNNY SIDE OF THE DOC ET PIXII FESTIVAL !

En vous inscrivant à notre newsletter, vous acceptez notre Politique de Confidentialité. Nous ne partageons pas vos données à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.