15/06/2022

Focus : Talent Hub Ukraine à #SSD22

En soutien aux professionnels ukrainiens, Sunny Side of the Doc, en partenariat avec B2B Doc, Insitute of Documentary Film, Pitch the Doc, Docudays et UFFI - Ukrainian Female Film Industry a le plaisir d'inviter une délégation de cinéastes ukrainiens à l'occasion d'un Talent Hub Ukraine, le mercredi 22 juin. Six projets sélectionnés en fonction de leur potentiel international seront présentés lors de cette session. Ces projets souvent initiés avant la guerre ont vu leur narration bouleversée par les évènements.

Organisée sous forme d’une session de pitch informelle, ce Talent Hub donnera la parole à tous les participants, diffuseurs, distributeurs, producteurs présents à Sunny Side, et la possibilité d’intervenir lors des Q&A pour peut-être participer à la mise en production de ces projets.

1. COMPANY OF STEEL 

Productrice : Alexandra Bratyshchenko
Réalisatrice / Co-productrice : Yuliia Hontaruk

Synopsis : En 2014, trois jeunes Ukrainiens sans expérience militaire partent servir leur pays lors de la guerre russo-ukrainienne. Après deux ans sur la ligne de front, ils rentrent chez eux, marqués par les cicatrices. Alors qu'ils s'efforcent de trouver leur place dans la vie quotidienne en tant que civils, l'invasion russe de l'Ukraine en 2022 les replonge directement dans le traumatisme auquel ils ont tant essayé d'échapper. 


 
© Company of Steel
 

2. DISPLACED

Productrice : Viktoriia Khomenko

Synopsis : Dès les premiers jours de l'invasion totale de l'Ukraine par la Russie, la population du pays commence à évacuer en masse. Poussés par la peur et la menace qui pèse sur leur vie, les habitants des villes de toute l'Ukraine quittent leurs maisons dans la panique, se dirigeant vers des régions occidentales plus sûres ou vers l'étranger. Sur cette toile de fond, nous entendons le flot de sons. Superposés aux images d'intérieurs de maisons abandonnées à la hâte ou bombardées, ces enregistrements audio donnent vie aux voix des Ukrainiens qui appellent les lignes d'urgence dans toutes les villes du pays. Les voix angoissées des gens remplissent les images statiques des maisons abandonnées. Elles signalent des explosions, des blessures ou la présence d'équipements militaires. Cet élément sonore développe la structure et apparaît plusieurs fois entre les épisodes d'évacuation massive de Kiev puis de Mariupol, qui est le cœur des combats les plus acharnés qui ont commencé dès le début de la guerre. Finalement, l'histoire atterrit, à quelques encablures de la zone grise de la guerre : un paysage apocalyptique presque vide, imprégné des bruits des batailles. Ici, un homme seul, dont la famille a quitté le pays, continue à vivre et à travailler dans une zone que les troupes russes tentent de saisir. Alors que la ville est bombardée chaque jour, l'homme continue d'aller travailler. L'entreprise dans laquelle il travaille depuis des années a presque cessé de produire. Pourtant, il s'y rend tous les jours, bien qu'il n'y ait pratiquement plus rien à faire. Après tout, le travail est la seule chose qui l'aide à vivre et à se détacher de cette réalité dévastatrice.  



© Displaced
 
 

3. SILENT FLOOD  

 
Productrice : Karina Kostyna

Synopsis : Un petit village situé sur les rives du Dniestr, dans l'ouest de l'Ukraine, est le siège d'une communauté religieuse ukrainienne appelée les "Kashketnyky" (traduction littérale : porteurs de coiffe). Ici, les hommes et les garçons sont obligés de porter des chapeaux, tandis que les femmes portent un foulard. Cette communauté religieuse fermée vit selon ses propres règles strictes, très coupées du monde extérieur. Par exemple, il leur est interdit d'utiliser l'électricité ou la médecine moderne et ils ne sont pas autorisés à se marier en dehors de la communauté, ni à s'inscrire dans des écoles ordinaires ou à rejoindre l'armée. Parfois, un membre isolé de la communauté s'opposera à l'ordre de cette vie pour partir à la recherche de nouveaux horizons.

Les efforts de la communauté pour s'éloigner du monde extérieur sont souvent perturbés par les inondations annuelles qui emportent tout sur leur passage et modifient le paysage des rives du village. Aujourd'hui, en raison du changement climatique, les inondations sont régulières et se produisent parfois plusieurs fois par an au printemps et en été. Elles causent toujours de gros dégâts au village, emportant des bateaux, détruisant des jardins et des maisons, démolissant des clôtures et parfois même des vies. Les inondations sont accompagnées de tous les déchets et plastiques du monde moderne, ce à quoi la communauté s'oppose fermement. En cas de menace naturelle aussi écrasante, les villageois s'unissent pour s'y opposer.

Lorsqu'une inondation encore plus destructrice et accablante arrive dans le pays sous le drapeau de l'armée russe, la communauté n'a d'autre choix que de s'unir au-delà de son confort. Malgré le manque d'informations en l'absence d'électricité, les villageois commencent peu à peu à aller à l'encontre de leurs propres règles, en se connectant au monde extérieur afin de se dresser contre l'ennemi.
    



© Silent Flood
 

4. FLOWERS FROM UKRAINE

 
Producteur : Glib Luukianets

Synopsis : Mme Natalia est âgée de 67 ans. Elle vit sur un terrain verdoyant à Kiev, où elle est née, entouré aujourd'hui d'un énorme lotissement de blocs de plusieurs étages. Comme le dernier Mohican, elle refuse de laisser les entreprises construire sur son terrain. Elle n'a pas peur de courir parmi les bulldozers qui entrent fréquemment dans son quartier pour la menacer.

Son terrain ressemble à un véritable capharnaüm, toute l'infrastructure ressemblant à un abri temporaire pour sans-abri. C'est pourtant un paradis sur terre pour Natalia. Elle élève des animaux, notamment des poulets et des chèvres, et y fait pousser de magnifiques fleurs. Les enfants de Natalia essaient de la persuader de vendre le terrain, mais elle n'est pas intéressée.

Lorsque la guerre d'écailles éclate, Natalia ne quitte pas sa terre et défend non seulement son territoire mais aussi sa ville. Malgré tout, Natalia est optimiste, fait des blagues et prépare des cocktails Molotov, entre autres choses. Mais la guerre peut-elle changer cela ? Quel est le destin de sa "reine" ? Obtenons des réponses ensemble dans la fleur des fleurs, en riant au nez des chiens de la guerre.    



© Flowers From Ukraine
 

5. DRAGNET

 
Productrice : Larysa Gutarevych

Synopsis: Portrait documentaire d'une génération perdue d'adolescents sur Internet. Un nouveau monde étrange, sans cartes ni lois, où les héros sont en danger : cyberintimidation, pédophilie sur les réseaux, défis mortels, propagande terroriste et automutilation. Qu'est-ce qui attire les enfants dans le cyberespace ? La génération plus âgée sera-t-elle capable de sauver ses enfants ?     



© Dragnet
 

6. BASEMENT 351

 
Producteur : Roman Blazhan

Synopsis : Le 3 mars, les troupes russes sont entrées dans le village de Yahidne, à 15 km de Tchernihiv, au cours de leur tentative de prise de la ville. C'était un petit village compact : une école commune avec un jardin d'enfants, une petite clinique, deux magasins, et plusieurs rues entourées d'une forêt épaisse et pittoresque. C'est de là que sont venues les forces russes, qui étaient au moins 4 fois plus nombreuses que la population de Yahidne. Les habitants se souviennent que, le lendemain, les troupes russes armées de fusils les ont extraits de force de leurs habitations et se sont rendues en convoi à l'école. Les occupants russes ont entassé les 341 résidents de Yahidne, dont 77 enfants, dans le sous-sol de l'école, soit environ 160 m2, où les personnes ont passé les 26 jours suivants. Les conditions étaient inhumaines : pas de ventilation, pas d'oxygène, pas d'eau, pas d'espace pour se dégourdir les jambes, obscurité totale. Ils utilisaient un seau comme toilettes dans le même sous-sol, recevaient un peu de nourriture une fois par jour. Parfois, lorsque les Russes étaient de bonne humeur, ils laissaient les gens respirer à l'extérieur pendant une heure et demie. Au cours de ces 26 jours de captivité, 10 personnes sont mortes dans le sous-sol. Le 30 mars, les Russes se sont retirés du village, le jour suivant l'armée ukrainienne est arrivée. Les gens quittaient le sous-sol de l'école pour trouver leurs maisons dévastées, pillées et à moitié détruites. Même deux semaines après la libération, on pouvait encore ressentir la peur de la présence récente du mal. Les médias ukrainiens se sont rendus à Yahidne tous les deux jours pour faire du sensationnel, tandis que les habitants, encore déconcertés, se tenaient par petits groupes dans la rue principale en ruines, essayant de comprendre ce qu'il fallait faire. Aujourd'hui, le village revient à la vie. Certains résidents, qui avaient initialement fui les horreurs qu'ils avaient vécues, sont revenus. Les gens démontent les décombres, réparent leurs maisons, essayant de revenir à une vie normale aussi vite que possible. Cependant, le sous-sol de l'école qui est devenu leur chambre de torture collective reste intact. C'est un rappel physique de leur traumatisme, il existe comme une question non exprimée : que faisons-nous de cette expérience, comment vivons-nous avec ce souvenir ?      



© Basement 351
 
 

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

RECEVEZ TOUTES LES INFORMATIONS SUR SUNNY SIDE OF THE DOC ET PIXII FESTIVAL !

En vous inscrivant à notre newsletter, vous acceptez notre Politique de Confidentialité. Nous ne partageons pas vos données à des tiers. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.