22 - 25 JUNE 2020 / CONNECTED EDITION

Blog

Sunny Side of the Doc
4
Juin

COMMUNITY VOICES – Épisode 9 avec Christophe Sommet, Directeur du Pôle Thématiques du Groupe TF1

Nous traversons sans doute une période de changement sans précédent, mais dans l’incertitude réside aussi le pouvoir de défendre ce qui nous lie, le genre documentaire. Ce n’est pas le moment de se décourager mais d’agir et d’interagir !

Pouvez-vous présenter et faire une rapide introduction sur votre activité et celle de la société que vous représentez ?

Christophe Sommet, Directeur du Pôle Thématiques du Groupe TF1.

Je suis le directeur du Pôle Thématiques du Groupe TF1 qui regroupe 3 chaînes payantes, dont les 2 chaînes documentaires, Ushuaïa TV et HISTOIRE TV. Seule chaîne 100% dédiée à la protection de la planète, une thématique plus que jamais au cœur des préoccupations des Français, Ushuaïa TV fête ses 15 ans en 2020. A travers un panel riche et varié de documentaires, magazines et films de cinéma, la chaîne s’adresse à tous les esprits curieux et invite à explorer le monde, à en découvrir la beauté inépuisable, mais aussi et surtout à en préserver les merveilles et les peuples. Distribuée dans plus de 30 pays francophones et reçue par plus de 12 millions de foyers abonnés, la chaîne touche chaque mois 3,2 millions de téléspectateurs.

HISTOIRE TV est quant à elle une véritable généraliste, leader sur la thématique Histoire. La chaîne entend plus que jamais présenter l’histoire vivante sous toutes ses facettes, à travers une grande diversité de formats et de regards. En abordant toutes les périodes de l’histoire avec une grande variété de thèmes allant des civilisations aux guerres en passant par les faits divers historiques et la culture, HISTOIRE TV cultive une ligne éditoriale unique. Avec ses 9 millions de foyers abonnés à travers le monde francophone, la chaîne touche chaque mois 3 millions de téléspectateurs.

Nous sommes un acteur dynamique de la production documentaire. Chaque année, les deux chaînes investissent une enveloppe globale de 2 millions d’euros en productions inédites. Côté acquisitions, HISTOIRE TV achète environ 350 heures par an, Ushuaïa TV environ 200 heures.

 


Les diffuseurs publics et privés font actuellement face à une période très perturbée liée à la pandémie de Covid-19 qui affectent l’ensemble des activités de production et de distribution dans le monde entier. Quels sont les impacts sur votre travail?

Grâce à la réactivité et la forte mobilisation des équipes, nous avons adapté nos méthodes de travail. Le télétravail s’est très largement répandu et nous a permis d’assurer la continuité de notre activité.

Par ailleurs, nous sommes très attachés à la relation de partenariat que nous avons noué avec nos producteurs au fil du temps. Il nous semblait indispensable d’être à leur côté durant cette période difficile. Les prochaines semaines seront l’occasion de faire un état des lieux complet de la situation.

Enfin, pour Ushuaïa TV comme pour HISTOIRE TV, nous travaillons sur la programmation à moyen-terme. Le mois de mars a été marqué par une programmation événementielle pour les 15 ans d’Ushuaïa TV, quant aux mois d’avril à juin, ils ont été marqués par de nombreuses commémorations historiques. Autant de sujet que nous avions anticipé en amont. Cette anticipation sur l’approvisionnement en programme nous a permis d’assurer sans problème la continuité de notre diffusion de programmes. Cela a également permis à HISTOIRE TV et Ushuaïa TV de participer à l’opération #NationApprenante lancée par le Ministère de l’Education Nationale en proposant des contenus en lien avec les programmes scolaires, à la fois en linéaire, mais également en accès gratuit sur la plateforme MYTF1. Certains programmes ont également été diffusés sur la chaîne éphémère « #ALaMaison ».



PARTENAIRES SILVER DE L’ÉDITION CONNECTÉE


Quels moyens explorez-vous pour maintenir autant que possible la production documentaire durant cette crise sans précédent ?

Le temps de l’exil, avec Anne Quéméré qu’Ushuaïa TV coproduit avec Injam Productions.

Face à cette situation inédite, il faut être pragmatique et innovant. Sur le plan éditorial, nous avons remarqué que de plus en plus de projets naissants abordent la thématique du monde d’après, sans aucun doute en lien avec la période que nous traversons. Pour Ushuaïa TV, cela ne fait que nous conforter dans la réflexion que nous avons entamée il y a longtemps, à l’image de la collection Un autre chemin (Lato Sensu Productions).

Sur le plan technique et logistique, nous avons pris le parti avec certains producteurs d’adapter des projets qui devaient se tourner à l’international, et notamment en dehors de l’Union Européenne, pour les rapatrier en Europe lorsque cela est possible. C’est le cas de la série de 3×52’ sur les réfugiés climatiques, Le temps de l’exil, avec Anne Quéméré qu’Ushuaïa TV coproduit avec Injam Productions.

Enfin, nous intégrons dans certains documentaires de nouveaux modes de narration, comme les interviews réalisées via Skype que nous avions déjà expérimentées dans le documentaire Génération Greta (Galaxie Presse) diffusé en mars sur Ushuaïa TV.


De quelles façons vos stratégies internationales d’acquisition et/ou de coproduction ont-elles évoluées au regard de la situation actuelle ?

Nous continuons à diversifier nos sources d’approvisionnement, notamment à l’international. L’importance de la recherche de partenaires puissants et de financements à l’international s’est confirmée pendant cette crise. Ces compléments de financement sont parfois indispensables à la concrétisation des projets. Plus que jamais, il est nécessaire de chercher et trouver les meilleurs partenaires où qu’ils soient.


Focus Histoire : Quel type de projets documentaires Histoire faut-il pitcher à votre chaîne ?

Nous recherchons avant tout des projets avec un angle ou un traitement original, permettant de distinguer HISTOIRE TV des autres chaînes documentaires. Il n’y a aucune règle concernant le format ou le genre. Notre grille aborde tous les périodes de l’histoire, c’est d’ailleurs ce qui fait sa spécificité. Nous avons aussi un volume important de documentaires consacrés à la culture et nous ne craignons pas le mélange des genres : politique et histoire de l’art, évolution sociétale et cinéma, littérature et guerre…

L’éventail des sujets susceptibles de nous intéresser est donc très large et je préfère définir notre recherche en termes de qualité : des projets intelligents, pertinents et bien documentés qui présentent quelque chose de nouveau, appuyés par une solide production (que le budget soit modeste ou important).


Comment le marché international Sunny Side of the Doc peut-il contribuer à vous rendre encore plus fort à l’issue de cette crise ?

Sunny Side of the Doc est le rendez-vous majeur du monde du documentaire. Qu’ils s’agissent de producteurs, de distributeurs ou de diffuseurs, les meilleurs partenaires internationaux s’y retrouvent chaque année. C’est pour nous, l’occasion de présenter aux partenaires français et internationaux nos ambitions et développements pour les deux chaînes. Face à l’importance croissante de nouer des partenariats à l’international, ce rendez-vous est plus que jamais incontournable et nous sommes ravis d’en être à nouveau Partenaire Silver.

 

Leave a Reply

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.