Cette année Sunny Side of the Doc organise 7 sessions de pitch qui permettront à 47 projets d’être présentés devant des acheteurs potentiels ou de remporter un prix. Le pitch « Création Digitale » présentera le mardi 20 juin à 9h30 dans l’Agora, les projets documentaires mettant en avant l’innovation dans leur procédé de création et de storytelling.

Il sera co-organisé par les Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal (RIDM) et sponsorisé par le Fonds Bell qui offrira la somme de 2 000€ au meilleur projet pitché dans cette catégorie.

Claire Dion, Directrice Générale Adjointe du Fonds Bell et Mara Gourd-Mercado, Directrice Générale des RIDM nous en disent plus sur leurs attentes en matière de projets interactifs et digitaux.

Mara Gourd-Mercado, Directrice Générale des  RIDM  &  Claire Dion, Directrice Générale Adjointe du Fonds Bell

« Dans les années à venir, les projets réellement immersifs, demanderont au spectateur de se trouver et d’interagir directement avec le contenu. La participation directe viendra s’ajouter à une définition plus traditionnelle de l’interactivité. »

Les contenus « nativement » interactifs que vous avez sélectionnés/soutenus ces dernières années ont-ils trouvé leurs audiences? Peut-on anticiper un avenir lumineux pour la création digitale au sein nos industries nationales TV et médias numériques?

Les RIDM programment des projets documentaires interactifs depuis 5 ans maintenant dans leur section UXdoc. De plus en plus l’engouement pour ces projets se fait sentir.

En 2014, le festival a inauguré sa salle UXdoc, une salle entièrement dédiée aux projets interactifs. En trois éditions nous avons vu l’achalandage de la salle augmenter et l’engouement pour les projets sur casques de réalité virtuelle ne dément pas. Des projets comme Le photographe inconnu (Turbulent/ONF) ou encore comme S.E.N.S VR ont suscité l’enthousiasme du public comme des professionnels de l’industrie.

Des projets de type « convergents » proposent aussi des expériences utilisateurs qui sortent le téléspectateur de sa zone de confort en lui proposant des contenus uniques à consommer « autrement ». L’expérience de visionnage de la série télévisuelle « Les pays d’en haut » est complétée par un webdocumentaire et une expérience 360˚  .

Il est certain que la création digitale continuera dans les années à venir à occuper une place de choix. Cependant il ne faut pas oublier que l’histoire sera toujours plus importante que le médium avec lequel on choisit de la raconter. Autrement dit, les projets digitaux sont le fruit de notre époque, mais la qualité du récit reste l’élément clé.

Les avancées technologiques et le champ de la création digitale vit une période à la fois excitante et remplie de nombreux défis. D’un côté, le modèle d’affaire de la création digitale reste à définir et à déterminer et de l’autre côté les avancées technologiques ouvrent la voie à de nouvelles façons d’imaginer et de repenser les modèles d’affaires existants, une situation qui ouvre la porte à beaucoup d’expérimentation, à la ré-invention d’un langage créatif, qui ne seraient pas nécessairement possible dans un contexte où un modèle de monétisation claire des projets existe. Nous sommes dans une époque où repousser les limites est encore possible et nécessaire!

Le Fonds Bell soutient la session de pitch Création Digitale à Sunny Side of the Doc (co-organisée avec Les Rencontres internationales du documentaire de Montréal) et offrira un prix au meilleur projet dans cette catégorie.
Quels sont les critères les plus importants à remplir par de tels projets, pour réussir sur le marché international?

- Universalité du sujet
- Qualité du récit interactif
- Qualité de l’expérience
- Disponibilité de la plateforme
- Capacité à repenser le langage esthétique ou narratif qui résonne avec cette nouvelle forme offerte par la technologie.

Soutenir le secteur de la production numérique indépendante est un défi toujours très actuel. Quel est le futur du financement de l’innovation dans les secteurs de la TV et des médias interactifs au Canada? Comment surmonter l’absence d’accords transnationaux pour mettre sur pied des coproductions internationales dans le domaine de la production numérique ?

Les modèles sont encore en devenir, mais l’interactif devra atteindre un bassin de contenu critique pour pouvoir développer un vrai public, et ce contenu devra se retrouver à l’extérieur du champ du gaming. Certains bailleurs de fonds canadiens ont écrit un cadre de référence commun visant à stimuler la coproduction internationale pour les productions digitales : LIRE LE DOCUMENT PDF

Le 28e Sunny Side of the Doc fera la part belle aux expériences immersives et nouvelles technologies (réalité virtuelle, réalité augmentée, son binaural…) pour saisir l’étendue des possibilités de la narration du réel, au sein d’un nouvel espace, PiXii.
Quel est, selon vous, le développement le plus innovant capable de repousser les limites du genre documentaire et assurer l’interactivité avec le public ?

La définition même d’interaction est appelée à devenir plus large avec la multiplication des plateformes et des médiums. Trop souvent les projets présentent une formule, une participation de cause à effet.

Dans les années à venir, les projets réellement immersifs, demanderont au spectateur de se trouver et d’interagir directement avec le contenu. La participation directe viendra s’ajouter à une définition plus traditionnelle de l’interactivité.

Le contenu et sa forme feront en sorte que l’engagement du public va sans doute s’approfondir sans nécessairement utiliser «l’interactivité.». L’empathie devra se traduire en actions, se traduire en une participation et une implication durables qui continuera même une fois l’expérience médiatique terminée.

Quelle production numérique récente a retenu toute votre attention ces 6 derniers mois ? Et pourquoi ?

Le projet Flint is a Place, vu au Fipa en format VR, créé par Zackary Canepari et produite par Screen, a retenu notre attention par sa simplicité et son sujet important.

Le projet multiplateforme évolue avec le temps avec des portraits des habitants. Le volet VR nous permet de changer constamment de point de vue entre les policiers et les habitants de Flint et ainsi aider la compréhension des différentes réalités de cette ville tristement célèbre. Et c’est ce qui est le plus frappant dans cette expérience; il n’y a pas de «bons» ou de «méchants», chacun est prisonnier de ses propres circonstances et ce projet est une main tendue entre les différentes parties.

A propos du Fonds Bell

Bell Fund_RGBLe Fonds Bell accorde des subventions aux producteurs indépendants canadiens qui développent et produisent du contenu télévisuel exceptionnel, complété et agrémenté par du contenu interactif novateur conçu pour les plateformes numériques. le Fonds Bell a investi plus de 200 millions $ dans plus de 2 000 projets destinés aux médias numériques et associés à des émissions de télévision canadiennes. Le Fonds Bell perçoit des contributions annuelles d’environ 17 millions $ provenant de Bell Télé, Le Fonds Bell est un organisme à but non lucratif dirigé par un conseil d’administration indépendant représentant divers secteurs de l’industrie de la télévision et des médias numériques.

RIDM LOGOA propos des Rencontres internationales du documentaire de Montréal

Seul festival au Québec entièrement dédié au documentaire, les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) offrent au public le meilleur du cinéma du réel en rassemblant les grands auteurs et les nouveaux talents à découvrir. Le festival a lieu du 9 au 19 novembre 2017.